26 avril 2016 ~ 0 Commentaire

CHAMPIONS CUP (1/2 FINALE) : LEICESTER / RACING MÉTRO 92

EN BREF :

Cette demi-finale fut intense, mais pauvre techniquement.

Du côté des Ciel et Blanc, beaucoup de joueurs avaient été préservés le week-end précédent (Carter, Dumoulin…) pour ce gros rendez-vous.

En face, Leicester, actuel 4ème du championnat d’Angleterre et dont le jeu offensif était prôné et adulé cette saison.

Le début de match fut immédiatement en faveur des Racingmen avec un essai en force de Maxime Machenaud consécutif à un superbe travail de Joe Rokocoko (3ème).

Fort de ses 7 points d’avance, le Racing Métro 92 a imposé des séquences de défense terribles aux anglais, qui se sont montrés particulièrement maladroits dans leurs passes avec énormément de fautes de mains commises.

Burns, animateur offensif de Leicester, s’est malheureusement blessé et n’a eu d’autre choix que de sortir, après avoir répondu à une pénalité de Carter. Premier coup dur pour les anglais. Son remplaçant Owen Williams passait dès son entrée en jeu une pénalité de 42 mètres, auquel Carter répondait encore peu avant la mi-temps.

A la mi-temps le Racing conservait donc 7 points d’avance : 6-13.

La seconde période fut dominée par Leicester mais très pauvre techniquement, avec encore une fois des séquences incroyables de défense du Racing, qui en perdait même Dumoulin (épaule) sans doute pour le reste de la saison. Goosen libérait enfin les siens de la pression en donnant 10 points d’avance aux visiteurs grâce à une superbe pénalité à 5 minutes de la fin. Heureusement car les Tigres n’ont rien lâchés, marquant l’essai de l’honneur à une minute de la fin du match. Une minute du match pendant laquelle le Racing a douté donc, mais seulement une petite minute compte tenu de la grosse performance des joueurs de Laurent Labit, et du mauvais visage offensif des Anglais.

Les Ciel et Blanc confirment qu’ils sont certainement la meilleure équipe française cette saison, et retrouveront le 14 mai prochain les Saracens pour décrocher le premier trophée européen de leur histoire. Attention tout de même, car on ne retient que les vainqueurs, et le défi imposé par les Sarries sera à la hauteur de l’événement…

1842584-38848920-640-360

Tops :

Chris Masoe (Racing Métro 92) : Extraordinaire. Monumental. Les mots peuvent manquer tant la performance du 3ème ligne centre fut impressionnante ce dimanche. Une activité en défense de tous les instants, illustrée par cette statistique : 18 plaquages !! Son impact physique a fait la différence à chaque duel, défensif comme offensif. Il n’a jamais baissé de régime et a clairement pris le dessus sur son vis-à-vis, Opeti Fonua. L’homme du match en toute logique.

Owen Williams (Leicester) : Il est forcément plus difficile de trouver des satisfactions du côté des anglais, surtout dans la ligne de 3/4 tant la faiblesse technique a été importante. Toutefois Owen Williams est à créditer d’une grande performance. Il remplace en numéro 10 Burns dès la 38ème minute. Son jeu au pied et d’occupation fut précieux, et son 100% de réussite face aux perches utile pour maintenir son équipe contact (dont une transformation en coin tapée en 10 secondes à la dernière minute du match…).

Maxime Machenaud (Racing Metro 92) : Il a lui aussi été un des artisans de cette victoire. Tout d’abord grâce à son essai précoce, tout en audace. Il a fait avancer son équipe en exploitant lui-même les brèches dans la défense anglaise, ou en distribuant justement le jeu. Très bonne entente avec son compère Dan Carter, pour ce qui est l’une des meilleures charnières d’Europe à l’heure actuelle.

Flops :

Manu Tuilagi (Leicester) : On l’attendait comme l’un des principaux dangers d’une équipe forte offensivement. Et il a beaucoup déçu. Peu de défenseurs battus, de duels gagnés, quelques plaquages manqués et un déchet technique trop important pour un match de ce niveau.

Eddy Ben Arous (Racing Metro 92) : Le pilier droit international a été trop souvent sanctionné en mêlée fermée, où son vis-à-vis Dan Cole a pris le dessus. 5 pénalités contre lui au total. Dans le jeu courant, son activité fut moins importante que d’habitude. Il devra rehausser son niveau de jeu face aux Saracens.

Ben Youngs (Leicester) : Lui n’est pas forcément une grosse déception dans la mesure où son match fut assez neutre. Mais on attend plus d’un joueur de son calibre, considéré comme l’un des meilleurs numéro 9 à l’heure actuelle. Il n’a pas pesé sur le jeu de son équipe et a pris moins d’initiatives que son adversaire direct Maxime Machenaud.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Monteynard Skiff - Trophée ... |
Lundiausoleil |
Flmregional2016 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Prepatime
| Jaimelesport
| Monzetsu 悶絶